Le Body Building : discipline complexe à part ?

Sommaire

Les idées, souvent préconçues, sur le Bodybuilding lui font payer un lourd tribu sur son image. En effet, le raccourci est facile et le doute s’installe vite sur le fait que le Body n’est pas un sport… Alors ?

Le bodybuilding : sport ou discipline ?

Nous distinguerons pour essayer d’expliquer cette question, la pratique de la musculation et celle du Bodybuilding. Vous me direz « c’est pareil ». Eh bien, je ne pense pas et c’est là que le débat fait rage.

En effet, la musculation n’a pas le même but, tout du moins but final. Les exercices sont ressemblants, les techniques se rapprochent, les lieux d’exécution sont communs etc… Mais ce qui diverge c’est la finalité : la muscu permet au sportif de se muscler (évident). Quelque fois ça lui permet de se préparer pour d’autres disciplines, mais sans un leitmotiv permanent, comme le bodybuilder, qui n’est autre que la recherche de l’hypertrophie.

Pousser son corps à se modifier coute que coute représente des risques. Cela donc donne une mauvaise image de la pratique, alors que le celui qui fait la musculation a un rapport avec son corps complètement différent. Ce dernier va rechercher, outre un meilleur rendement musculaire, le bien être, la souplesse, le renforcement de ses points faibles, souvent nécessaire pour pratiquer un autre sport complémentaire… Dans le Bodybuilding, ces points sont peu ou pas respectés, d’après ce qu’on entend des détracteurs, pour laisser la place « à la casse de la fibre » pour gagner en volume. Cette pratique à outrance de ce sport permettent à certains de soutenir la thèse d’une fin rapide annoncée des Bodybuilders. Regardez la vidéo qui suit !

Un autre volet qui met en confrontation les deux façons de pratiquer, c’est l’alimentation. On rentrera dans les détails dans une autre partie. Mais ce que l’on peut déjà dire c’est que celui qui pratique la muscu fera sans doute attention à ce qu’il mange (quoique, faut voir !). Le bodybuilder qui veut du résultat sait que les apports en nourriture représentent 60% de sa réussite finale. Par conséquent, il n’hésitera pas à manger 6, 7 ou 8 fois par jour pour apporter ce qui est nécessaire à la construction et à la réparation de son corps.

Le point suivant n’est pas tout à fait lié à l’alimentation proprement dite, mais en fait partie quand même : c’est la complémentation. On fera un topo complet sur les compléments alimentaires un peu plus loin, mais là encore c’est la bataille entre les deux camps. Pour définir ce que c’est, je résumerai très simplement en disant que cette supplémentation, c’est un ensemble d’acides aminés, de vitamines, de minéraux… que l’on retrouve dans nos aliments, mais là ils sont archi-concentrés sous forme de poudre, de cachets ou de doses liquide.

Les pratiquants qui font de la musculation, à un très grand pourcentage, disent carrément que ça ne sert à rien voire même, pour bien enfoncer le clou et se différencier des Body, que c’est du dopage ! Les adeptes du Bodybuilding s’en défendent et expliquent tout simplement que la quantité de travail qu’ils fournissent dans leurs trainings demande par voie de conséquence plus de complémentation que pour monsieur tout le monde. C’est du dopage ! Pour eux non bien entendu. L’exemple pour faire taire ces mensonges c’est de dire que lorsque l’on mange du poulet, on mange des protéines, or ces protéines font partie des compléments alimentaires. Donc si on suit le raisonnement de base, les mangeurs de poulet se dopent ! CQFD !

Pour moi, il y a donc des différences notoires entre la musculation et le Bodybuilding. Mais je n’irai pas jusqu’à dire que les deux sont opposés comme certains le voudraient le faire croire.

Les deux sont un sport car c’est au niveau de la graduation du but final que ce joue leur image et leur définition. La marge en plus est souvent mince. Pour preuve, le débutant en musculation qui se défend devant les autres en leur disant que le Bodybuilding ça ne l’intéresse pas. Par contre on le voit au bout de quinze jours se regarder en « posant » devant les glaces du club !

Et c’est là que je voulais en venir : l’hypocrisie de certains devant le fait qui n’ont pas un physique au top, et qui s’arrangent pour faire croire qu’ils sont heureux et épanouis dans la musculation simplement. Ils dénigrent très facilement, à ce stade, les autres qui cherchent un autre sens aux efforts qu’ils produisent très régulièrement en salle.

Faites le test : demandez à une personne adepte de la muscu de dire à qui ou à quoi elle voudrait ressembler si elle avait une baguette magique ? Si elle ne dit rien, regardez sa tête et la gêne engendrée par la question ! Ca en dit long !

Internet et les réseaux : incidences sur le culte du corps

Le culte du corps ne date pas d’hier et sa divulgation a suivi ce qui se faisait à travers les époques.

Les peintures et les statues, puis les articles, les livres, les magazines, les publicités, les documentaires, les films puis enfin la révolution. En effet, l’avènement d’internet puis des réseaux ont donné notamment au Fitness et au Bodybuilding un nouvel essor jamais atteint. C’est d’ailleurs vrai pour bien d’autres domaines.

Internet et dopage

Tout va très vite sur internet et c’est là le problème avec le Bodybuilding où il faut redoubler de patience pour avoir des résultats. La conséquence chez les plus jeunes qui sont de la génération des « On veut tout, tout de suite », c’est le recours très rapidement à des moyens pour gagner du temps. Et pourquoi ? pour justement pouvoir se mettre en scène sur les réseaux sociaux. Le dopage, pour certains d’entre eux, c’est la voie qu’ils pensent royale pour y arriver.

Ils sont à des années lumières de penser, qu’avant d’en arriver à ce stade ultime, il y a le travail, la nourriture, le sommeil et le calme. Quand on leur en parle, en salle par exemple, ils pensent qu’on leur fait la morale. Ils sont droits dans leurs bottes car ils l’ont vu sur internet, ou ils ont suivi une discussion sur les produits illicites. Les « c’est normal » ou « le body pour y arriver faut prendre des trucs » sont de mise. Bref, il y a tout sur internet même des boutiques en ligne où on peut se procurer toute sa chimie !

Internet et produits mortels

Et ce n’est pas le seul soucis ! Car les produits dopants (comme certains compléments alimentaires) viennent très souvent de pays d’Asie du Sud Est. La production se fait dans des lieux souvent insalubres, avec des bases chimiques plus que douteuses et des rajouts de substances immondes pour atteindre les dosages recherchés. Autant dire que certaines injections peuvent être considérées comme léthales.

Tout ça pour essayer de ressembler au dernier influenceur à la mode. Il n’est autre qu’un bodybuildé avec photoshop avec son million de followers achetés sur un site spécialisé.

Internet et réseaux : une note positive

Je voudrais quand même apporter du constructif positif concernant Internet et ses réseaux. En effet, suivre ses idoles, les vrais, à n’importe quelle heure même s’ils sont à des milliers de kilomètres, partager ses émotions avec toute la planète, c’est quelque chose qui est énorme.

C’est justement grâce au progrès que vous êtes en train de lire cet article ! Donc il y a du bon, oui, mais attention ! Le danger est souvent sous jacent. Les démarches de ceux qui connaissent un peu le domaine et qui peuvent prévenir ceux qui débarquent avec la fleur au fusil est primordial.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pour aller plus loin
Ces articles peuvent vous intéresser

Comment définir le Bodybuilding ?

De tous temps, l’homme a essayé de copier les Dieux, souvent magnifiquement représentés, ou tout du moins s’en approcher, en essayant d’aller vers la perfection.

Restez informé !

Ne ratez plus aucune de nos infos !

NEWSLETTER